Balance courante

La balance courante est le solde des flux monétaires d'un pays résultant des échanges internationaux de biens et services, revenus et transferts courants.



Catégories :

Économie internationale - Comptabilité nationale - Comptabilité - Macroéconomie

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La balance des paiements n'est pas un simple chiffre annuel qui annonce un... La balance courante (ou balance des opérations courantes) mesure le solde de ... (source : lecommercedulevant)
  • Balance courante ou des transactions courantes. publié le ven, 15/10/2010 - 14 : 40. Lu 82 fois. aucun commentaire - aucun vote. 0. Votre notation : Aucun... (source : lecercle.lesechos)

La balance courante est le solde des flux monétaires d'un pays résultant des échanges internationaux de biens et services (balance commerciale), revenus[1] et transferts courants[2]. La balance courante est un des composants de la balance des paiements.

On parle aussi de balance des opérations courantes, de balance des paiements courants ou encore de solde des opérations courantes. Le compte associé est le compte des opérations courantes ou compte courant (terme canadien).

Schéma simplifié de la balance courante (selon la comptabilité française)

Habituellement, on considère qu'une balance courante positive permet au pays de rembourser sa dette ou de prêter à d'autres pays. Une balance négative (= un déficit courant) doit être compensée en contractant des emprunts auprès d'agents extérieurs ou en liquidant des actifs extérieurs. Mais cette approche est légèrement simpliste, la relation de cause à effet entre les exportations et l'épargne pouvant être dans l'autre sens.

Épargne, investissement et balance courante

La balance courante (BC) équivaut environ à la balance commerciale, c'est-à-dire au solde des échanges internationaux, exportations (X) moins importations (M)  :   BC = X - M \,, les exportations et les importations étant toutes deux mesurées dans la monnaie nationale et évaluées au prix hors taxe (le prix de la valeur ajoutée).

Le PIB (Y) peut se définir de la manière suivante (la consommation, l'investissement et la variation des stocks sont respectivement notés C, I et VarSt) [3] :

  Y = C + I + VarSt + (X - M) \,,

Si on raisonne en termes d'économie réelle et non en termes d'économie officielle, c'est-à-dire si on inclut l'économie invisible, alors la variation des stocks représente l'enrichissement apparent de la nation, dans la mesure où elle inclut l'ensemble des accumulations de biens immobiliers et mobiliers par les résidents.

L'épargne (S[4]) est la part de la production Y non consommée. On a donc :

  S = Y - C \,

Ce qui équivaut à :

  Y = S + C \,

Prenons désormais les deux décompositions de Y :

  S + C = C + I + VarSt + X - M \,

On arrive à :

 S - (I + VarSt) = X - M = BC \,

C'est-à-dire que, par construction comptable, la balance courante est égale à la différence entre l'épargne et la somme (investissement + variation des stocks).

On peut décomposer l'épargne en trois composantes : l'épargne affectée à un investissement géré personnellement par les épargnants, notée S_{pers}\,, l'épargne confiée à des investisseurs résidant à l'intérieur du pays, notée S_{int}\,, et l'épargne confiée à des investisseurs résidant hors du pays, notée S_{ext}\,. De même, on peut décomposer l'investissement en trois composantes : l'investissement provenant de l'épargne personnelle des investisseurs, noté I_{pers}\,, l'investissement provenant d'épargnants résidant à l'intérieur du pays, noté I_{int}\,, et l'investissement provenant d'épargnants résidant hors du pays, noté I_{ext}\,.

En réalité, l'investissement  I_{ext}\, correspond aux prêts consentis par les étrangers aux résidents : il s'agit par conséquent d'exportations de créances.

De même, l'épargne  S_{ext}\, correspond aux prêts consentis par les résidents aux étrangers : il s'agit par conséquent d'importations de créances.

On a S_{pers} = I_{pers} + VarSt\,, c'est-à-dire que l'épargne gérée personnellement par les épargnants est soit investie soit accumulée.

On a de même S_{int} = I_{int}\,, c'est-à- dire que la totalité des prêts entre résidents correspond à la totalité des emprunts entre résidents.

On a par conséquent finalement  S - (I + VarSt) = (S_{pers} - (I_{pers} + VarSt)) + (S_{int} - I_{int}) + (S_{ext} - I_{ext}) = S_{ext} - I_{ext}\,.

L'égalité  S - (I + VarSt) = S_{ext} - I_{ext} = X - M \, indique simplement que les importations nettes de créances sont identiques aux exportations nettes de biens et services. Cela traduit simplement le fait que les biens et services s'échangent contre des créances.

Une balance courante positive indique que le pays est investisseur net à l'étranger, tandis qu'une balance négative indique que l'étranger est investisseur net dans le pays.

On pourra remarquer que chacun des deux membres de l'égalité  S_{ext} - I_{ext} = X - M \, peut être la cause de l'autre. Ainsi, quand la balance courante est positive, cela veut dire qu'on est dans l'une des deux situations (très différentes) suivantes :

La balance courante sert à dresser un bilan, mais n'indique totalement rien quant aux causes des phénomènes observés.

On pourra même remarquer que si la seconde situation est plus fréquente que la première, c'est-à-dire quand l'épargne commande aux exportations de biens et services, alors, au contraire de une idée reçue, les cours relatifs des monnaies n'ont pas la moindre incidence sur les volumes des échanges internationaux de biens et services.


D'autre part, si on distingue l'épargne privée (notée Spriv) de l'épargne publique (c'est le solde public Spub, le plus souvent négatif)  :

BC = S_{priv} - I + S_{pub} \,.

Bleu = pays avec un compte courant positif ;
Rouge = compte courant négatif, 2005

Notes et références

  1. Salaires, dividendes, intérêts, etc.
  2. Transferts de fonds des travailleurs à l'étranger, contributions aux organisations internationales, etc.
  3. les dépenses publiques sont incluses dans la consommation.
  4. l'épargne est fréquemment désignée par l'd'origine du mot anglais savings

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : balance - épargne - courante - pays - investissement - exportations - biens - dire - étrangers - services - courants - compte - résidents - investisseurs - nettes - solde - importations - notés - épargnants - notée - résidant - conséquent - créances - indique -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Balance_courante.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu