Juste valeur

La juste valeur est une méthode de valorisation des actifs prônée par les normes comptables internationales IFRS, qui s'appliquent aux comptes consolidés des grandes entreprises françaises.



Catégories :

Consolidation comptable - Comptabilité générale - Comptabilité

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... La juste valeur est une norme comptable adoptée récemment en Europe et en France... Son application a été provisoirement aménagée en 2008, ... (source : lafinancepourtous)
  • milliards de dollars fin juin 2008, représentant près de 80 % du total des dépréciations et plus de .... en juste valeur est principale quand il s'agit... (source : banque-france)
  • juste valeur est complexe à vérifier, qu'elle peut être fondée sur des ...... mai 2008, cette proportion avait grimpé à 81, 7% des actifs mesurés à la juste... (source : cirano.qc)

La juste valeur (fair value en anglais) est une méthode de valorisation des actifs prônée par les normes comptables internationales IFRS, qui s'appliquent aux comptes consolidés des grandes entreprises françaises. Selon la méthode de la juste valeur, les actifs doivent être valorisés dans les bilans à leur valeur de marché à la date de clôture du bilan. Cette méthode s'oppose à la "valorisation au coût historique", utilisée dans les normes comptables françaises, selon laquelle l'actif reste valorisé dans les comptes à son prix à la date d'achat, même si sa valeur de marché a entretemps évolué.

La méthode de la juste valeur appliquée aux crédits titrisés (CDO surtout) explique l'ampleur des dépréciations d'actifs, et par conséquent des pertes, constatées dans le secteur bancaire en 2007 et 2008, lors de la crise des subprimes (plus de 100 milliards d'actifs dépréciés au début février). L'application de cette méthode a entraîné des critiques envers les normes comptables IFRS, mises en place peu de temps jusque là. Un journal spécialisé écrit : "le passage aux normes comptables IFRS expose désormais les sociétés à une très forte volatilité autant de leur compte de bilan que de leur compte de résultat. "[1].

Selon le quotidien économique Les Echos en janvier 2008, "le principe de juste valeur ("fair value") semble nommé à demeurer cette année le principal sujet d'attention des hommes du chiffre, qu'ils soient préparateurs de comptes, auditeurs ou analystes. "[2]

Fonctionnement de la juste valeur

Le principe est que les actifs doivent être valorisés à leur valeur de marché à la date de clôture du bilan, une méthode baptisée "mark-to-market"[3].

Quand la valeur de marché n'existe pas ou que celle-ci est aberrante (cas des ventes d'urgence, ou distressed sales en anglais), la valeur des actifs est établie selon des modèles de valorisation, une méthode baptisée "mark-to-model"[4].

A noter que la juste valeur n'est applicable que lors du premier passage aux normes IFRS, pour la norme IFRS 1, au contraire de l'IAS 16 et l'IAS 40, où elle doit rester récurrente[5].

Avantages et critiques

Avantages

Critiques

Critique de la juste valeur dans la crise du subprime

Avec la crise du subprime, qui a entraîné la baisse de valorisation de nombreux actifs financiers, les établissements financiers à travers le monde ont enregistré (du début de la crise jusqu'à mars 2008) plus de 150 milliards de dollars de "pertes" correspondant à des dépréciations d'actifs réalisées en vertu du principe de la juste valeur[10].

Ces dépréciations ont entraîné de nombreuses critiques contre la norme de la juste valeur. Ainsi, en mars 2008, le représentant démocrate américain Barney Frank a accusé la norme comptable de la juste valeur de "tirer l'économie vers le bas. "[11] et le président de l'assureur américain AIG a réclamé la remise en cause de ce principe[12].

En juin 2008, le directeur général de la banque française BNP Paribas Baudouin Prot estimait que "La plupart des banques et des régulateurs dans le monde semblent être en accord" pour "ne plus étendre le périmètre d'application de la "fair market value", mais au contraire trouver les moyens de limiter ses effets pro-cycliques. "[13].

Notes et références

http ://www. lacademie. info/evenements/colloques_exceptionnels/la_juste_valeur_dans_tous_ses_etats

  1. Les banques en pertes de valeur, Sylvain de Boissieu et Yann Morell y Alcover, in Investir, 9 février 2008, page 30
  2. La juste valeur sur le devant de la scène comptable in Les Echos, 28 janvier 2008, page 33.
  3. Investir, 9 février 2008, page 30
  4. Investir, 9 février 2008, page 30
  5. http ://www. netpme. fr/bilan-entreprise/1152-l-evaluation-juste-valeur-immobilisations-mythe-realite. html
  6. Les Échos, 20 mars 2008, page 38.
  7. Par exemple Axel Miller, président de Dexia ; Martin Sullivan, président d'AIG, cité dans Les Échos, 20 mars 2008, page 38.
  8. Investir 9 février 2008, page 30
  9. Les Échos, 20 mars 2008, page 38.
  10. Le subprime relance le débat sur la juste valeur aux Etats-Unis in Les Echos, 20 mars 2008, page 38
  11. Les Echos, 20 mars 2008, page 38
  12. Les Echos, 20 mars 2008, page 38
  13. Interview de Baudouin Prot, in Les Echos, 16 juin 2008, page 14.

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : valeur - 2008 - juste - actifs - méthode - valorisation - normes - comptes - comptables - bilans - crise - marché - echos - ifrs - selon - subprimes - critiques - sociétés - échos - value - principe - banques - investir -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Juste_valeur.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu