Seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité est le niveau d'activité minimum à partir duquel une entreprise devient rentable pour elle-même par ses économies d'échelle, c'est-à-dire qu'elle cesse de perdre de l'argent sur cette activité.



Catégories :

Comptabilité analytique - Comptabilité

Définitions :

  • Niveau d'activité fréquemment exprimé en chiffre d'affaires pour lequel le résultat est nul. Le niveau d'activité peut aussi être exprimé en unités physiques ou en une unité de mesure quelconque. (source : creation-transmission)
  • Seuil de rentabilité ou point mort ou taille critique = niveau d'activité en dessous duquel l'entreprise ne parvient pas à compenser les coûts (surtout fixes) par les recettes des ventes. A partir de ce niveau de CA, l'entreprise commence à réaliser des profits. Voir économie d'échelle (source : artic.ac-besancon)

Le seuil de rentabilité est le niveau d'activité minimum à partir duquel une entreprise devient rentable pour elle-même par ses économies d'échelle, c'est-à-dire qu'elle cesse de perdre de l'argent sur cette activité.
Littéralement, le concept dérive de l'adjectif rentable, lui-même signifiant : "qui rapporte une rente" (un revenu) [1], généralisé abusivement au sens de "qui rapporte un bénéfice" (une rentabilité).

Il existe tout autant de seuils de rentabilité que de prix de vente envisageable. L'art de la fixation des prix consiste à déterminer le meilleur, ou le moins mauvais, pour la rentabilité de l'entreprise. Tant qu'un produit n'atteint pas son seuil de rentabilité, il perd de l'argent ; lorsque la situation dure trop longtemps, le produit est le plus souvent retiré du marché. Le calcul du seuil de rentabilité est par conséquent un élément important dans la décision de commercialiser ou de continuer la diffusion d'un produit.

Le point mort (ou break-even point en anglais) est le point d'intersection entre la courbe du chiffre d'affaires et la courbe des charges nécessaires pour produire ce chiffre d'affaires. Le seuil de rentabilité est par conséquent atteint lorsque on arrive au point mort. Les concepts de "seuil de rentabilité" et de "point mort" décrivent la même réalité, mais ils sont exprimés dans des unités différentes, unité de compte pour le "seuil de rentabilité" et unité de temps pour "le point mort".


Enjeux du seuil de rentabilité

L'activité en question peut être simple (la revente de produits déjà manufacturés) ou complexe (la production industrielle d'un bien), mais le seuil de rentabilité permet toujours de savoir à partir de quel niveau de chiffre d'affaires l'entreprise assure-t-elle son équilibre financier ?

Pour une entreprise, la détermination du seuil de rentabilité est indispensable.

  1. C'est un facteur de décision pour le lancement d'un nouveau produit sur le marché, ou son retrait ;
  2. Il sert à calculer le montant du chiffre d'affaires à partir duquel l'activité est rentable, ou la date à laquelle l'entreprise commencera à faire du bénéfice ;
  3. Il sert à savoir où se situe la marge réellement dégagée par la société à un moment donné ;
  4. Il permet d'étudier le taux de risque de se trouver en déficit, et corrélativement d'apprécier la sécurité dont dispose l'entreprise si la conjoncture devient défavorable ;
  5. Il sert à mieux étudier et analyser le rôle et la répartition des charges entre fixes et variables ; surtout il oblige à calculer la marge sur coût variable (MSCV), dont l'intérêt est d'éviter les inconvénients de l'imputation des charges fixes aux divers coûts des produits de la société.

Les limites :

  1. C'est un dispositif prévisionnel. La décision dépend par conséquent de la qualité des données entrées dans le calcul de la marge, lui-même fonction du choix des données (quelle dépense est prise en compte ? selon quel critère ?) et de leur exactitude (le contrôle de leur réalité n'est envisageable qu'a posteriori).
  2. C'est un dispositif normatif : certains coûts sont exclus, d'autres intégrés selon des clés de répartition fréquemment calculées de manière standard. Il ne représente par conséquent qu'une simplification de la réalité.
  3. Et néenmoins, c'est un dispositif peu normé : les méthodes sont différentes d'une entreprise à l'autre, ou d'un exercice à l'autre. Il n'existe pas de "catalogue" des coûts à prendre en compte. La comparaison est par conséquent complexe.
  4. C'est un système linéaire, c'est-à-dire qu'il fonctionne dans l'hypothèse où l'accroissement des ventes passe par un accroissement des coûts dans la même proportion. Ce dispositif théorique n'existe pas dans la réalité, aucune dépense n'est idéalement linéaire. Il existe essentiellement deux effets qui contredisent cette linéarité : l'effet de seuil et l'hétérogénéïté des économies d'échelle.
  • Les effets de seuil : les machines ont des capacités de production qui ne peuvent pas être poussées au-delà d'un certain seuil ; pour les dépasser, même de quelques unités, il faudra réinvestir dans une autre machine, ce qui double l'investissement, nécessite de l'espace en proportion plus importante que l'augmentation de production envisagée, etc.
  • L'hétérogénéïté des économies d'échelle : certaines productions peuvent être accrues sans impact sur les coûts. A titre d'exemple, doubler la cadence d'une machine ne double pas obligatoirement le coût d'entretien ni la consommation d'énergie ni le nombre d'ouvriers affectés à cette machine. Dans ce cas, la production supplémentaire coûte moins cher que la production d'origine, on dit que le coût marginal de production est plus faible que le coût d'origine.

Caractéristiques du seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité peut être calculé particulièrement simplement dans les entreprises qui revendent en l'état les produits qu'elles ont acquiss. Dans les entreprises à production complexe (multiples produits, plusieurs chaînes de transformation, etc. ), le calcul suppose la mise en place d'un dispositif d'information analytique.

Il existe plusieurs méthodes de calcul, qui seront utilisées selon le degré de précision attendu ou selon l'interlocuteur : un responsable d'atelier calculera son point mort différemment d'un responsable commercial. Les méthodes les plus communes sont les suivantes.


Méthode comptable simple : chiffre d'affaires moins charges totales

Cette méthode est la plus simple à exprimer : le seuil de rentabilité d'une activité est atteint lorsque le chiffre d'affaires est égal au montant des charges mobilisées par cette activité. Les charges comprennent les charges fixes et les charges variables. Les charges fixes correspondent aux charges indépendantes du niveau d'activité (exemple : frais de structure, amortissements, etc. )  ; alors que les charges variables fluctuent proportionnellement au niveau d'activité (exemple : main d'œuvre, matière première, etc. ). Mathématiquement, cela s'exprime ainsi :

CA − (CV + CF) > = 0

où CA = le chiffre d'affaires, CV et CF représentent les charges variables et les charges fixes.

Méthode basée sur la marge : marge sur coût variable moins frais fixes

Le seuil de rentabilité est obtenu lorsque la marge entre le chiffre d'affaires relatif au produit et les coûts variables qui lui incombent devient supérieure à la somme des frais fixes immobilisés pour le produire.

CF / TauxMCV > = 0 ou bien :

CA * CF / MCV > = 0

On en déduit la relation :
Seuil de rentabilité en valeur est atteint quand : MCV / Coûts fixes >= 1
Seuil de rentabilité en quantité est atteint quand : (MCV unitaire x qté) / Coûts fixes >= 1

N. B.  : MCV = CACV La marge sur coût variable (MCV) est égale à la différence entre le chiffre d'affaires et le total des charges variables (approche de calcul global). Dans le cas de calcul de la marge unitaire (par type de produit), elle est égale à la différence entre le prix de vente unitaire et le coût variable unitaire associés à chaque produit.

Cette manière de mesurer le seuil de rentabilité est mathématiquement semblable à la première méthode, mais met en évidence la marge réalisée au lieu du poids du chiffre d'affaires.

Méthode du calcul du point mort : particularités

Le seuil de rentabilité est essentiellement calculé en monnaie. Mais il peut être converti en quantités produites ou en nombre de jours de chiffre d'affaires. De même, on peut déterminer la date à partir de laquelle l'entreprise atteint son seuil de rentabilité. Dans ce cas, cette date représente le "point mort".

Le calcul est simple si l'activité de l'entreprise est régulière, c'est-à-dire que son chiffre d'affaires se répartit régulièrement au cours de l'année. Dans ce cas, la date à laquelle l'entreprise atteint son point mort se calcule ainsi (en mois de chiffre d'affaires)  :

Seuil de rentabilité x 12 mois
-------------------------------------------
chiffre d'affaires annuel

ou en jours de chiffres d'affaires :

SR × 360
-------------------------
chiffre d'affaires annuel

Exemple de calcul de seuil de rentabilité

Notes et références

  1. Source : le

Voir aussi

Concepts à ne pas confondre :


Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : seuil - rentabilité - chiffre - affaires - produit - coût - charges - entreprise - atteint - point - variables - activité - calcul - marge - fixes - mort - production - méthodes - conséquent - unités - dispositif - niveau - partir - vente - réalité - simple - date - selon - machines - unitaire -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Seuil_de_rentabilit%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu